Lexique pour le patient

  • Accident ischémique transitoire (AIT): arrêt transitoire de la circulation au niveau d’un vaisseau cérébral. Les symptômes sont les mêmes que ceux d’un accident vasculaire cérébral mais disparaissent rapidement et sans séquelle.
  • Accident vasculaire cérébral (AVC ou « Stroke » en anglais): survient en cas d’interruption du flux sanguin au niveau d’une artère cérébrale. Au bout de quelques minutes, les cellules du cerveau entrent en souffrance. Il existe deux types d’AVC. Le plus fréquent est l’AVC ischémique : il résulte de l’obstruction d’un vaisseau par un caillot sanguin. L’autre type, appelé AVC hémorragique est dû à une brèche dans un vaisseau, qui entraîne un saignement. Un AVC hémorragique peut notamment être dû à une rupture d’anévrysme cérébral.
  • Acouphène non pulsatile: bourdonnement ou sifflement d’oreille, survenant sans rapport avec les battements cardiaques.
  • Acouphène pulsatile: bruit anormal dans les oreilles qui suit le rythme cardiaque. On le compare parfois au bruit de la mer.
  • Amaurose transitoire: perte transitoire de la vision d’un oeil due à un manque d’apport sanguine à la rétine.
  • Anévrysme rompu: a pour conséquence une hémorragie des tissus avoisinants. La rupture d’un anévrysme cérébral peut entraîner une hémorragie sous-arachnoïdienne
  • Anévrysme: élargissement ou dilatation anormale d’un segment d’une artère en raison d’une fragilisation de sa paroi.
  • Angioplastie: procédure endovasculaire visant à élargir un segment rétréci ou obstrué d’une artère à l’aide d’un cathéter muni d’un ballonnet. Celui-ci est mis en place grâce à un guide au niveau du segment malade de l’artère puis gonflé à un diamètre pré-déterminé. Le ballon exerce une pression sur la paroi du vaisseau qui reprend un diamètre satisfaisant, ce qui améliore l’apport sanguin en aval. Le ballon est alors dégonflé et retiré. Un sent peut dans certains cas être inséré au niveau du segment initialement rétréci afin de maintenir l’artère ouverte à distance de l’angioplastie. En cas de DFM, la mise en place d’un stent est toutefois généralement contre-indiquée, en raison d’un risque accru de déformation, voire de fracture lié à l’hypermobilité artérielle.
  • Angioscanner: scanner des vaisseaux. Il s’agit d’une méthode d’imagerie non invasive permettant de confirmer un diagnostic ou de déterminer la sévérité d’une atteinte des vaisseaux sanguins. La réalisation d’un angioscanner nécessite l’injection d’un produit de contraste iodé dans une veine.
  • Angor ou angine de poitrine : douleur ou gêne à la poitrine due à un apport sanguin insuffisant au muscle cardiaque.
  • Aorte: artère principale de l’organisme. Elle transporte le sang oxygéné du coeur aux artères qui irriguent les différents organes.
  • ARM ou Angiographie par Résonance Magnétique Nucléaire: variété de Résonance Magnétique Nucléaire (RMN) destinée à visualiser les vaisseaux. Il s’agit d’un examen non-invasif qui permet  de confirmer le diagnostic ou de déterminer la sévérité d’une atteinte des vaisseaux sanguins. L’ARM permet de mieux visualiser les vaisseaux que la RMN. L’ARM implique parfois mais pas toujours une injection de produit de contraste.
  • Artères carotides: artères localisées à l’avant du cou, l’une à gauche et l’autre à droite, qui conduisent le sang au cerveau.
  • Artères iliaques communes: branches de division gauche et droite de l’aorte au niveau de l’abdomen inférieur. De chaque côté, elles se divisent à leur tour en artère iliaque externe (qui irrigue les membres inférieurs) et artère iliaque interne (qui irrigue le pelvis, les fesses et les organes génitaux externes).
  • Artères mésentériques: artères qui irriguent l’estomac, le foie, la rate et les intestins.
  • Artères vertébrales: deux artères qui longent les vertèbres cervicales (du cou) et, avec les artères carotides, assurent l’apport sanguin au cerveau.
  • Artériographie: examen radiologique nécessitant l’usage d’un colorant spécial et d’une caméra (fluoroscopie) pour acquérir des images du flux sanguin artériel. Lors de cet examen, un fin tube appelé cathéter est introduit dans l’artère fémorale au niveau de l’aine (creux axillaire), juste au-dessus du coude (artère brachiale) ou au niveau du poignet (artère radiale). Le cathéter est guidé jusqu’à l’artère que l’on veut étudier. A ce moment, un colorant iodé (produit de contraste) est injecté dans le vaisseau afin de le rendre mieux visible aux rayons X.
  • Athérosclérose: maladie caractérisée par le développement de plaques au niveau de la paroi des artères. La plaque est constituée par une accumulation de graisses, de cholestérol, de calcium et d’autres substances provenant du sang. Avec le temps, la plaque devient plus rigide et rétrécit les artères, ce qui limite le flux de sang oxygéné nécessaire aux organes du corps. Les rétrécissements artériels liés à la DFM relèvent d’un autre mécanisme que l’athérosclérose.
  • Cathéter: fin tuyau qui peut être introduit dans le corps pour traiter des maladies par voie endovasculaire.
  • Cérébro-vasculaire: relatif aux artères qui conduisent le sang au cerveau
  • Cervical: du cou ou en rapport avec le cou
  • Chirurgie anévrysmale: correction chirurgicale d’un anévrysme, par exemple à l’aide d’un “clip” métallique qui permet d’isoler l’anévrysme de l’artère dont il provient (anévrysmes cérébraux) ou en réparant le segment atteint de l’artère (anévrysmes des artères rénales ou carotides). Dans certains cas, on peut également traiter l’anévrysme par voie endovasculaire (à l’aide d’un cathéter) en l’obstruant à l’aide de spires métalliques (« coils »). On parle alors d’embolisation.
  • Claude Bernard-Horner (syndrome de): syndrome caractérisé par une atteinte des nerfs des yeux et du visage. Les symptômes comprennent une baisse (ptose) de la paupière supérieure, une diminution du diamètre de la pupille au niveau de l’oeil atteint et une diminution ou une absence de transpiration du côté atteint du visage.
  • Claudication: crampes ou douleurs des jambes ou plus rarement des bras survenant lors de la marche ou de l’activité physique, et qui disparaît au bout de quelques minutes de repos. Ces symptômes sont souvent causés par un rétrécissement ou une obstruction des  artères.
  • Coronaire: concernant les artères qui conduisent le sang oxygéné au coeur.
  • Créatinine sanguine: substance présente dans le sang dont la mesure permet, avec d’autres paramètres, d’évaluer le fonctionnement des reins.
  • Dissection: déchirure au niveau de la paroi interne d’un artère. Lors d’une dissection, le sang peut pénétrer dans l’espace situé entre les parties interne et externe de la paroi du vaisseau, ce qui peut entraîner un rétrécissement (« sténose »), voire un blocage complet (« occlusion ») du vaisseau.
  • Dysplasie fibromusculaire (DFM) (uni)focale: forme moins fréquente de DFM qui consiste en un rétrécissement isolé d’une artère. Cette variété de DFM,  autrefois appelée DFM intimale en raison de l’aspect de la paroi artérielle à l’examen histologique est plus fréquemment observée chez les enfants.
  • Dysplasie fibromusculaire (DFM) multifocale: DFM caractérisée par un aspect en collier de perles ou pile d’assiettes, résultant d’une suite de rétrécissements et de zone élargies de l’artère. Cette forme de DFM- précédemment appelé DFM médiale sur base de l’histologie – est la plus courante.
  • Dysplasie fibromusculaire (DFM): maladie à l’origine d’un développement ou d’une croissance anormale de la paroi des artères, qui peut provoquer des rétrécissements ou des dilatations localisées du vaisseau, ou encore être à l’origine d’un aspect en pile d’assiettes ou collier de perles.
  • Dyspnée: respiration difficile (courtesse d’haleine).
  • Echographie intravasculaire (intravascular ultrasound (IVUS)): technique d’imagerie médicale utilisant un cathéter muni à son extrémité d’une sonde miniaturisée. L’extrémité du cathéter la plus proche de l’opérateur est reliée à un appareil d’échographie computérisée qui permet de visualiser l’intérieur des vaisseaux. L’échographie intravasculaire est habituellement pratiquée à l’occasion d’une angiographie.
  • Echographie: méthode d’imagerie basée sur les ultrasons. Lorsqu’elle est combinée à des mesures du flux sanguin basées sur l’effet Doppler on parle d’échographie-Doppler ou écho-Doppler.
  • Ehlers-Danlos (syndrome d’) : groupe de maladies héréditaires atteignant le tissu conjonctif (peau, articulations, vaisseaux sanguins…). Le syndrome d’Ehlers-Danlos de type vasculaire, une forme sévère de la maladie, peut entraîner des problèmes artériels importants. Il s’agit d’une maladie différente de la DFM, qui peut toutefois également être à l’origine d’anévrysmes ou de dissections artérielles.
  • Embolisation par spires (« coils »): procédure endovasculaire destinée au traitement des anévrysmes. Un cathéter est utilisé pour insérer des spires à l’intérieur de l’anévrysme, et ainsi l’isoler de la circulation sanguine.
  • Endartériectomie: exérèse chirurgicale de la partie interne de la paroi d’une artère. Cette procédure est généralement pratiquée en cas de rétrécissement d’un vaisseau par une plaque d’athérosclérose et n’est pas classique en cas d’atteinte artérielle liée à la DFM.
  • Endovasculaire: qui concerne l’intérieur des vaisseaux sanguins. Pour réaliser des procédures ou interventions endovasculaires, les spécialistes vasculaires utilisent des techniques et instruments particuliers. Ces procédures ne nécessitent qu’une petite incision ou ponction d’une artère ou d’une veine, suivie de l’insertion d’un cathéter permettant de visualiser l’intérieur des vaisseaux et, le cas échéant, de traiter des rétrécissements ou des anévrysmes.
  • Fibroplasie intimale : terme anciennement utilisé pour désigner la DFM focale.
  • Fibroplasie médiale: terme anciennement utilisé pour désigner la dysplasie (DFM) multifocale.
  • Hémorragie sous-arachnoïdienne: saignement dans l’espace sous-arachnoïdien du cerveau (entre les couches de tissu qui entourent le cerveau, appelées méninges), suite à la rupture d’un vaisseau situé à la surface du cerveau. Elle peut se manifester par des maux de tête soudains et violents, une douleur au niveau du cou, des nausées, des vomissements ou une perte de conscience rapide.
  • Hyperlipidémie: élévation anormale du taux de cholésterol ou des graisses dans le sang.
  • Hypertension artérielle: pression (tension) artérielle élevée. La tension artérielle est définie par deux chiffres : le premier correspond à la pression artérielle systolique, la pression qui règne au sein des vaisseaux lors de la phase d’éjection cardiaque ou systole. Le second est la pression artérielle diastolique, pression qui règne dans les vaisseaux lors de la phase de remplissage cardiaque, entre deux battements cardiaques. On parle d’hypertension artérielle lorsque la tension artérielle systolique est ≥140 mmHg et/ou la tension artérielle diastolique ≥90 mmHg.
  • Infarctus du myocarde: nécrose (destruction irréversible) d’une partie du muscle cardiaque liée à un apport sanguin insuffisant. L’infarctus du myocarde est  diagnostiqué sur la base de symptômes (angor…), d’anomalies de l’électrocardiogramme et de la prise de sang
  • Infarctus: nécrose (destruction irréversible) d’un tissu ou d’une partie d’un organe en raison d’un manque d’apport en oxygène (souvent lié à diminution du flux sanguin, suite à un rétrécissement d’un vaisseau).
  • Insuffisance rénale: incapacité des reins à éliminer correctement l’eau et les déchets du métabolisme. En cas d’insuffisance rénale sévère, une mise sous dialyse (« rein artificiel ») ou une transplantation rénale peut être nécessaire.
  • Intracrânien : situé ou qui concerne l’intérieur du crâne.
  • Ischémie mésentérique aiguë: rétrécissement ou obstruction d’une des artères mésentériques, qui irriguent les intestins. Cette maladie peut entraîner des douleurs abdominales importantes, voire une nécrose (destruction irréversible) des intestins. L’ischémie mésentérique chronique peut quant à elle se manifester par des douleurs abdominales survenant après les repas.
  • Ischémie: apport sanguin insuffisant à un organe ou une partie du corps.
  • Loeys-Dietz (syndrome de) : maladie récemment décrite du tissu conjonctif présentant des similitudes avec le syndrome de Marfan et le syndrome d’Ehlers-Danlos de type vasculaire. Le syndrome de Loeys-Dietz est principalement caractérisé par des anévrysmes de l’aorte et d’autres artères.
  • Marfan (syndrome de): maladie du tissu conjonctif susceptible d’atteindre le cœur, les yeux, les vaisseaux ou le squelette. Les patients atteints de syndrome de Marfan sont davantage à risque de complications vasculaires telles que dissection ou anévrysme.
  • Pontage artériel (“bypass”): intervention chirurgicale qui permet de restaurer le flux sanguin destiné à un organe en déviant la circulation au niveau du segment rétréci ou occlus. Cette déviation peut se faire grâce à un segment de veine ou d’artère provenant d’un autre endroit du corps ou encore en utilisant des greffons prothétiques de type Goretex ou Dacron.
  • Post-prandial: qui survient après les repas
  • Pseudo-anévrysme (faux anévrysme): accumulation localisée de sang à l’extérieur de l’artère suite à une brèche dans la paroi de celle-ci. Un pseudo-anévrysme peut notamment résulter d’une dissection de la paroi artérielle.
  • Rénal: qui concerne les reins
  • Revascularisation: restauration de la perfusion (apport sanguin) à une partie du corps ou un organe qui a souffert d’une ischémie, due par exemple à un rétrécissement serré d’une artère. Les deux principales méthodes de revascularisation sont l’angioplastie et le pontage.
  • Souffle: bruit vasculaire audible à l’oreille ou plus souvent à l’aide d’un stéthoscope lié à un flux sanguin turbulent. Le médecin est susceptible de rechercher des souffles au niveau du coeur, du cou, des jambes ou de l’abdomen.
  • Sténose: rétrécissement d’une artère.
  • Stent: petit tube grillagé qui peut être utilisé après une angioplastie pour éviter une récidive de sténose (maintenir l’artère ouverte) ou colmater une dissection (brèche dans l’artère).
  • Thrombose: caillot sanguin localisé dans un vaisseau
  • Vasculaire: en rapport avec les vaisseaux sanguins